// you’re reading...

Apologetics

The Muslim Brotherhoods plan for the conquest of the world

The Muslim Brotherhoods plan for the conquest of the world(not a conspiracy theory)

The article below is a translation from the French paper Le Temps- BabelFish has been used to obtain a rough and ready translation-the original article in French is attached below the translation for those of you who can read the language.

The article concerns a book published recently by the journalist Sylvain Besson, titled “The conquest of the Occident”.

The book is about the contents of a document found at the villa of the Al-Qaeda financier Yousef Nada in Lugano, titled “The Project”, which outlines a long-term plan for Muslim dominance over all the world by infiltrating existing structures , especially in the West.

=========

Le Temps, 6 October 2005

REVELATIONS.

In November 2001, Swiss investigators discovered the “Project”: an ambitious strategy intended “to establish the Kingdom of God” over the whole world.

Is it possible that the development of Islamism in the world over the past twenty years has been, at least partly, the product of a secret strategy, a deliberate plan of conquest?

This politically incorrect question arises from the astonishing discovery made by Swiss and Italian police officers during a raid carried out close to Lugano, in November 2001.

In the villa of Youssef Nada, an Egyptian banker that the American authorities have shown to have supported terrorism, the investigators seized an astonishing document that has remained secret for almost two decades, entitled “The Project”: a strategic plan whose ultimate ambition is “to establish the Kingdom of God everywhere in the world”.

The open criminal investigation against Youssef Nada, which directed Islamic bank Al-Taqwa of Lugano since its creation in 1988, was classified last May. However Nada, who has denied any ties with terrorism, has admitted being in the past one of the principal leaders of the international branch of the Moslem Brothers, one of the most important contemporary islamist groups. Founded in Egypt in 1928, the organization of the Moslem Brothers gave rise to a vast ” Islamic Movement” inspired by its ideas, which represents the principal force today claiming Islamism in the world.

The Project is a text of 14 pages, going back to December 1982, which opens by the following passage: “This report presents a global vision of an international strategy for the Islamic policy”

According to its hot lines, and in agreement with them, the local Islamic policies are elaborated in the various areas.” The document recommends to “study the local and world centers authority, and the possibilities of placing them under influence”, to “entering in contact with all new movements engaged in jiihad where that it is on planet”, to “create cells of the Djihad in Palestine” and “to nourish the feeling of enmity towards the Jews”.

All that with an aim “of coordinating Islamic work in only one direction for [… ] applying the capacity of God on the earth”.

The Swiss investigators who studied file Al-Taqwa devoted several analyses to the Project and so that it represents.

A confidential document of the antiterrorist “Task force” set-up after the attacks of September 11, 2001, it evokes “a fundamental text thus to include/understand the long-term goals of the Brothers [ Moslem ]”: “Entitled the Project, this document describes by the menu, the strategy planned to ensure a the growing influence of the Brotherhood on the Moslem world.

It is stipulated there that they [ Moslem Brothers ] do not have to act in the name of the Brotherhood but to infiltrate in the existing organizations. They cannot thus be located then neutralized.”

A second report of the Swiss investigators affirms that the Project, and the other documents discovered at Youssef Nada, “confirm the part played by the Moslem Brothers at the same time in the inspiration and the support, direct or indirect, of radical Islam in the whole world”.

Accordingly, the Project could play a part in creation by the Moslem Brothers and their heirs to a network of religious, educational and charitable institutions in Europe and in the United States.

The Project indeed recommends “to build institutions social, economic, scientific and medical, and to penetrate the field of the social services to be in liaison with the people”.

To this end, it is necessary “to study the various political environments and the probabilities of success in each country”. A Western person in charge who studied it described the Project as “a totalitarian ideology of infiltration which represents, in the long term, the greatest danger to the European companies”: “the Project, it will be a danger in ten years, says it: one will see emerging in Europe the claim of a parallel system, the creation of “Moslem Parliaments”, which already exists in Great Britain… The slow destruction of our institutions, our structures will start then.” For this civil servant, who asked not to be quoted by name, the Project is not simply a text of reflexion, but a “passenger waybill” whose certain elements were implemented in the real world: it anticipates in particular the beginning of the guerrilla war against Israel in the occupied Palestinian territories, and the support given these last years by the Moslem Brothers to various armed islamist groups, of Bosnia in the Philippines.

The discovery of the Project raises also many questions which, for the time being, remain unanswered. The identity of its author, for example, remains unknown.

Youssef Nada, the custodian of the Project lasting nearly twenty years, simply said to the Swiss investigators that he did not write this text. Approached very often by Temps, he ended up explaining why the document was compiled by “Islamic researchers” but that it does not represent an official position of the Moslem Brothers. “I agree only with 15 or 20% of this text”, he asserts. Why, in this case, to have preserved it at his place? “I do not know. I should have thrown it out.”

The importance of the Project is due as much to its history, and that of the men who surround it, that with his contents. Its intellectual origins go up at the years 1960, when the “theorist as a chief” of the Moslem Brothers, Ramadan, finds refuge in Geneva. In September 1964, its newspaper El Muslimoun publishes a text inviting to launch a “ideological war” against the Occident. It was then a question of answering the creation of the State of Israel, considered by the islamist ones an element of a vast plot against the Islamic religion and its faithful: “This is why we are convinced that this elaborate ideological plan must be countered by an ideological plan quite as elaborate, and that it is necessary to answer its ideological attacks, with its ideological war, by an ideological war.” The article explicitly refers to the “Protocol of Elders of Zion”, a document manufactured by the Tsarist police force which describes an alleged Jewish conspiracy to dominate the world. Although it is a forgery, this text’s anti-semitism is taken seriously in the Islamist media.

Last August, Wall Street Journal revealed that the “Protocol” was quoted during a recent meeting of the “European Council of the fatwas and research” (CEFR), an organization intended to advise the Moslems of Europe in their everyday life. According to a participant in the meeting, the Protocol shows the existence of a Jewish plot intended to destroy the values morals of the Moslem families. It is understood that animated such ideas, the islamist ones wanted to react by developing their own Project.

The intellectual guide of the Council of the fatwas, Yousouf Al-Qaradawi, was one of the principal shareholders of bank Al-Taqwa of Lugano. He is undoubtedly the islamist preacher most popular of Europe and the Arab world, and some of its ideas fall under the line line of the Project. Thus, in a text published in 1990, it proposed to develop the presence of the Islamic Movement within the “groups of Jihad”, in order to eliminate “all the foreign influences” from the grounds of Islam, of Morocco in Indonesia. In spite of these obvious ideological resemblances, and the historical bonds of large thinkers of the Moslem Brothers with this document, the recent history of Islamism is not summarized with the only Project. And the expansion of Islam in Occident during last decades was planned by nobody: it results from the progressive installation of Moslem immigrants in Europe and in the United States. But the heirs to the Moslem Brothers knew how to benefit from this evolution to open a new space with their action and their ideas. Their declared objective always was “to protect” the Moslem communities, according to the expression of the sheik Qaradawi, from the “swirl of the ideas materialists which prevail in the West”. Far from confirming this claim, the Project offers an important testimony of what could be the ulterior motives and the hidden objectives of the Islamic Movement, at the moment when the latter planned to reinforce its influence on the Moslem communities of Occident. The “Project” is published for the first time in the book of Sylvain Besson, “The conquest of the Occident”, which will be available in bookshops from October 7.

““““““““““““““““““““““““““““““““““““ ““““““““““““““““““““““““ REVELATIONS. En novembre 2001, lors d’une perquisition, des enquêteurs suisses découvrent le «Projet»: une ambitieuse stratégie destinée à «établir le règne de Dieu» sur toute la terre.

Est-il possible que le développement de l’islamisme dans le monde depuis vingt ans soit, au moins en partie, le produit d’une stratégie occulte, d’un plan délibéré de conquête du pouvoir? C’est la question politiquement incorrecte que pose l’étonnante découverte faite par des policiers suisses et italiens durant une perquisition menée près de Lugano, en novembre 2001.

Dans la villa de Youssef Nada, un banquier égyptien que les autorités américaines accusent d’avoir soutenu le terrorisme, les enquêteurs saisissent alors un document étonnant, demeuré secret depuis presque deux décennies: le «Projet», texte stratégique dont l’ambition suprême est «d’établir le règne de Dieu partout dans le monde».

L’enquête criminelle ouverte contre Youssef Nada, qui dirigeait la banque islamique Al-Taqwa de Lugano depuis sa création en 1988, a été classée en mai dernier. Mais le financier arabe, qui a démenti tout lien avec le terrorisme, a reconnu avoir été durant des années l’un des principaux dirigeants de la branche internationale des Frères musulmans, l’un des plus importants groupes islamistes contemporains. Fondée en Egypte en 1928, l’organisation des Frères musulmans a donné naissance à un vaste «Mouvement islamique» inspiré par ses idées, qui représente aujourd’hui la principale force se réclamant de l’islamisme dans le monde.

Le Projet est un texte de 14 pages, daté de décembre 1982, qui s’ouvre par le passage suivant: «Ce rapport présente une vision globale d’une stratégie internationale pour la politique islamique. Selon ses lignes directrices, et en accord avec elles, les politiques islamiques locales sont élaborées dans les différentes régions.»

Le document préconise d’«étudier les centres de pouvoir locaux et mondiaux, et les possibilités de les placer sous influence», d’«entrer en contact avec tout nouveau mouvement engagé dans le djihad où qu’il soit sur la planète», de «créer des cellules du djihad en Palestine» et de «nourrir le sentiment de rancœur à l’égard des juifs». Tout cela dans le but de «coordonner le travail islamique dans une seule direction pour […] consacrer le pouvoir de Dieu sur terre».

Les enquêteurs suisses qui ont étudié le dossier Al-Taqwa ont consacré plusieurs analyses au Projet et à ce qu’il représente. Un document confidentiel de la «Task Force» antiterroriste mise sur pied après les attentats du 11 septembre 2001 évoque ainsi «un texte fondamental pour comprendre les buts à long terme des Frères [musulmans]»: «Intitulé Le Projet, ce document décrit par le menu la stratégie envisagée pour assurer une prise d’influence grandissante de la Confrérie sur le monde musulman. Il y est stipulé que les [Frères musulmans] ne doivent pas agir au nom de la Confrérie mais s’infiltrer dans les organismes existants. Ils ne peuvent ainsi être repérés puis neutralisés.»

Un second rapport des enquêteurs suisses affirme que le Projet, et les autres documents découverts chez Youssef Nada, «confirment le rôle joué par les Frères musulmans à la fois dans l’inspiration et dans le soutien, direct ou indirect, à l’islam radical dans le monde entier».

Dans cette optique, le Projet a pu jouer un rôle dans la création par les Frères musulmans et leurs héritiers d’un réseau d’institutions religieuses, éducatives et caritatives en Europe et aux Etats-Unis. Le Projet préconise en effet de «construire des institutions sociales, économiques, scientifiques et médicales, et pénétrer le domaine des services sociaux pour être en contact avec le peuple».

Dans ce but, il faut «étudier les environnements politiques divers et les probabilités de réussite dans chaque pays».

Un responsable occidental qui l’a étudié décrit le Projet comme «une idéologie totalitaire d’infiltration qui représente, à terme, le plus grand danger pour les sociétés européennes»: «Le Projet, ce sera un danger dans dix ans, dit-il: on va voir émerger en Europe la revendication d’un système parallèle, la création de «parlements musulmans», ce qui existe déjà en Grande-Bretagne… Commencera alors la lente destruction de nos institutions, de nos structures.» Pour ce fonctionnaire, qui a demandé à ne pas être cité nommément, le Projet n’est pas un simple texte de réflexion, mais une «feuille de route» dont certains éléments ont été mis en œuvre dans le monde réel: il préfigure notamment le début de la guérilla contre Israël dans les territoires palestiniens occupés, et le soutien apporté ces dernières années par les Frères musulmans à divers groupes islamistes armés, de la Bosnie aux Philippines.

La découverte du Projet soulève aussi beaucoup de questions qui, pour l’heure, demeurent sans réponse. L’identité de son auteur, par exemple, reste inconnue. Youssef Nada, le gardien du Projet durant près de vingt ans, a simplement dit aux enquêteurs suisses qu’il n’a pas écrit ce texte. Approché à de multiples reprises par Le Temps, il a fini par expliquer que le document a été rédigé par des «chercheurs islamiques» mais qu’il ne représente pas une position officielle des Frères musulmans. «Je ne suis d’accord qu’avec 15 ou 20% de ce texte», affirme-t-il. Pourquoi, dans ce cas, l’avoir conservé chez lui? «Je ne sais pas. J’aurais dû le jeter.»

L’importance du Projet tient autant à son histoire, et celle des hommes qui l’environnent, qu’à son contenu. Ses origines intellectuelles remontent aux années 1960, lorsque le «théoricien en chef» des Frères musulmans, Saïd Ramadan, trouve refuge à Genève. En septembre 1964, son journal El Muslimoun publie un texte appelant à lancer une «guerre idéologique» contre l’Occident. Il s’agissait alors de répondre à la création de l’Etat d’Israël, considérée par les islamistes comme un élément d’un vaste complot contre la religion musulmane et ses fidèles: «C’est pourquoi nous sommes convaincus que ce plan idéologique élaboré doit être contré par un plan idéologique tout aussi élaboré, et qu’il faut répondre à ses attaques idéologiques, à sa guerre idéologique, par une guerre idéologique.»

L’article fait explicitement référence au «Protocole des Sages de Sion», un document fabriqué par la police tsariste et qui décrit une conspiration juive pour dominer le monde. Bien qu’il s’agisse d’un faux, ce texte antisémite continue d’être pris au sérieux dans les milieux islamistes.

En août dernier, le Wall Street Journal révélait que le «Protocole» a été cité durant une récente séance du «Conseil européen des fatwas et de la recherche» (CEFR), un organisme destiné à conseiller les musulmans d’Europe dans leur vie quotidienne. Selon un participant à la réunion, le Protocole démontre l’existence d’un complot juif destiné à détruire les valeurs morales des familles musulmanes. On comprend qu’animés de telles idées, les islamistes aient voulu réagir en développant leur propre Projet.

Le maître à penser du Conseil des fatwas, Yousouf al-Qaradawi, était l’un des principaux actionnaires de la banque Al-Taqwa de Lugano. Il est sans doute le prédicateur islamiste le plus populaire d’Europe et du monde arabe, et certaines de ses idées s’inscrivent dans la droite ligne du Projet. Ainsi, dans un texte publié en 1990, il proposait de développer la présence du Mouvement islamique au sein des «groupes du djihad», afin d’éliminer «toutes les influences étrangères» des terres d’islam, du Maroc à l’Indonésie.

Malgré ces ressemblances idéologiques évidentes, et les liens historiques de grands penseurs des Frères musulmans avec ce document, l’histoire récente de l’islamisme ne se résume pas au seul Projet. Et l’expansion de l’islam en Occident au cours des dernières décennies n’a été planifiée par personne: elle résulte de l’installation progressive d’immigrés musulmans en Europe et aux Etats-Unis. Mais les héritiers des Frères musulmans ont su profiter de cette évolution pour ouvrir un nouvel espace à leur action et à leurs idées. Leur objectif déclaré a toujours été de «protéger» les communautés musulmanes, selon l’expression du cheikh Qaradawi, du «tourbillon des idées matérialistes qui prévalent à l’Ouest».

Loin de ce discours convenu, le Projet offre un témoignage important de ce que peuvent être les arrière-pensées et les objectifs cachés du Mouvement islamique, au moment où ce dernier tente de renforcer son emprise sur les communautés musulmanes d’Occident.

Le «Projet» est publié pour la première fois dans le livre de Sylvain Besson, «La conquête de l’Occident», qui sera disponible en librairie dès le 7 octobre.

Discussion

Comments are disallowed for this post.

Comments are closed.